Default profile photo

30 Mars 2017 | 3, Nisan 5777 | Mise à jour le 30/03/2017 à 14h45

Chabbat Vayikra : 20h02 - 21h10

Rubrique Monde juif

Martin Greenfield, le tailleur des présidents

Crédit : DR

D’Auschwitz à la Maison-Blanche, le parcours de Martin Greenfield, un petit juif ashkénaze devenu le plus illustre tailleur de l’Amérique.

Il taille des costumes aux présidents américains. A Di Caprio, Paul Newman et Gatsby le Magnifique. Et même à Shimon Pérès za’’l, Netanyahou et les ambassadeurs d’Israël aux Etats-Unis. « Je fais tout pour que les diplomates israéliens soient les plus élégants possibles » confie-t-il. C’est à Auschwitz, où il a été déporté avec sa famille, que Martin, adolescent, tient pour la première fois l’aiguille. Elle l’accompagne toujours. En effet, à 88 ans, Martin travaille encore dans l’usine de Brooklyn, là où, en 1947, il entre comme coursier, et qui deviendra la sienne dans les années 70.

De fil en aiguille le métier entre au point qu’il se voit confier la confection des costumes de l’ancien commandant des forces alliées, cet homme qu’il a vu, en avril 1945, le jour de la libération de  Buchenwald, où Martin avait été transféré. Eisenhower, le président des Etats-Unis, son héros éternel. En 1956, il glisse dans la poche d’un costume neuf du président un papier sur lequel il ose un conseil quant à la crise de Suez. « Envoyez votre secrétaire d’Etat en vacances une semaine. La guerre cessera alors sans qu’aucun Américain ne soit blessé et le canal sera rouvert à tous » avait-il écrit. Une anecdote que lui rappelle Bill Clinton – le premier président dont il prend les mesures à la Maison-Blanche. Quelle émotion ! Moi, survivant des camps dans la chambre de l’homme le plus puissant au monde ! « Si vous avez un truc à me dire, voici mon fax » lui dit alors le président.

 Ces jours-ci, Martin Greenfield attend le coup de fil de Donald Trump. Il était déjà son client, taille 54, avant d’être élu. Quand Martin parle d’Israël avec des politiciens, il est discret. « Je leur dis seulement que si Israël avait alors existé, ma famille n’aurait pas été exterminée ». 


Powered by Edreams Factory