Default profile photo

30 Mars 2017 | 3, Nisan 5777 | Mise à jour le 30/03/2017 à 14h45

Chabbat Vayikra : 20h02 - 21h10

Rubrique Communauté

Les Amis français du Maguen David Adom au rendez-vous

Michel Ktorza, Aliza Bin-Noun et Victor Wintz ont salué l’engagement des volontaires du MDA. (ALAIN AZRIA)

Lundi 28 novembre au Théâtre de la Madeleine, les Amis Français du Maguen David Adom ont rendu hommage à l’action de l’une des plus importantes associations d’Israël.

Six cent  cinquante personnes ont assisté à cette soirée chaleureuse et utile qui devait permettre de récolter des dons et plus largement, de faire connaître les missions du MDA dont le but est d’intervenir en urgence lors de catastrophes, d’aider, de secourir et de sauver des vies. Michel Ktorza, le président de l’organisation en France et Victor Wintz, le directeur général, ont souligné le courage, l’engagement, l’humanité, l’universalisme et la singularité des professionnels et des bénévoles du MDA partout dans le monde.
 L’ambassadrice d’Israël Aliza Bin-Noun a félicité le travail quotidien des secouristes et leur capacité d’action. Le député Meyer Habib a abondé dans ce sens. Un des grands moments de la soirée a été l’intervention du directeur général du MDA en Israël, Eli Bin, qui a insisté sur son sentiment d’appartenir à une même famille et la nécessité de se renforcer en matière d’équipements à travers l’achat d’ambulances, de scooters et de vélos électriques avec matériel intégré. Ce soir-là, 243.000 euros ont été collectés.
Animée par Charlie Touati (qui a rendu hommage au grand rabbin Sitruk zl), la soirée était aussi composée d’un volet artistique en la personne de Michel Boujenah. L’humoriste, avec sa verve, son humour habituel et son sens de l’improvisation avec le public, a revisité les personnages de Maxo, Guigui et Simone Boutboul des Magnifiques en évoquant l’exil, les beignets au miel et à l’huile, les enfants gros, les mères juives, les silences (très rares chez les méditerranéens), les éternelles questions sur la vie et la mort et la nostalgie du petit enfant en nous… Il a conclu en disant, devant une salle attentive et enthousiaste : « Je me sens proche de mon peuple, c’est important ».

Powered by Edreams Factory