Default profile photo

23 Avril 2017 | 27, Nisan 5777 | Mise à jour le 21/04/2017 à 12h34

Rubrique Culture/Télé

Elisa Tovati : « Mes grands-parents sont avec moi tous les soirs »

Elisa Tovati est Esther Vidal dans la pièce de théâtre "La fiancée orientale", actuellement à l'affiche adaptée par Eliette Abécassis à partir de son roman "Sépharade". Portrait d'une femme moderne, mais ancrée dans les traditions qui se sent littéralement portée par ce spectacle intimiste, fait sur mesure pour elle.

Actualité Touati : Que représente pour vous le rôle d'Esther, cette femme partagée entre tradition et modernité ? Quelle est la part d'identification de votre personnage ?
Elisa Tovati :
Eliette Abécassis a de suite pensé à moi, il y a trois ans, quand elle a voulu monter son texte, prévu pour un monologue au départ, parce que j'étais sépharade et que je jouais la comédie, je chantais... J'ai préféré jouer avec des partenaires pour partager nos émotions et mélanger nos énergies. On est une équipe formidable, comme une véritable famille. Eliette a été très à l'écoute de ce que je lui disais sur ma vie. Elle a ciselé le texte pour moi pour trouver la trame génétique de cette femme. J’aurais aimé que mes deux grands-parents sépharades me voient jouer sur scène mais ils sont avec moi tous les soirs. Je me sens portée, je ne suis jamais toute seule.

A.J.: Vous jouez pour la deuxième fois au théâtre. Qu'est-ce que cela vous apporte et pensez-vous vous adresser à tous les publics quand vous jouez cette pièce ?
E.T. :
C’est un vrai bonheur, une chance, un cadeau formidable de s'exprimer. C’est beau aussi de dire qu'on joue et qu'on est utile à la fois. J'ai l'impression d'être porteuse d'un message, de représenter la tradition. Il y a un très bon retour du public de chez nous et pas de chez nous et qui voyage avec nous. Plus on va dans le particulier, plus on touche l'universel. C’est une femme d'aujourd'hui en quête de son identité française, à laquelle on peut s'identifier, qui pense être indépendante et libre et qui se rend compte le jour de son mariage, qu'avec sa culture, sa religion, ses traditions, tout ce qu'elle a en elle est comme une marque indélébile. Elle n'est pas si libre que ça. Chaque personne qui a des origines multiples ressent ça. Chaque famille fait sa propre mayonnaise et j’ai eu beaucoup de témoignages de gens qui ont vécu tout ce qui est dit.


« J'ai l'impression d'être porteuse d'un message,  de représenter la tradition »


A.J.: Que vous inspire le climat actuel d'antisémitisme et d'antisionisme ?
E.T. : 
Il est bon aujourd'hui de clamer haut et fort son identité, sa tradition, sa différence et d'avoir aujourd'hui à l'affiche une pièce comme celle-là. C’est une ouverture. C'est bien de parler de nous, on est toujours là pour se cacher, pour arrondir les angles, pour ne pas faire de bruit... 

Jusqu’à fin janvier 2017,  le dimanche à 18h et lundi et mercredi à 20h30. Au Théâtre du Gymnase : 38 boulevard Bonne-Nouvelle - 75010 Paris. Réservations au 01 42 46 79 79.

Avec le mot de passe "Actualité Juive" sur réservation par téléphone ou sur présentation de cet article au guichet du théâtre, une réduction exceptionnelle sera octroyée aux lecteurs d'Actualité Juive.

Powered by Edreams Factory