Default profile photo

23 Mars 2017 | 25, Adar 5777 | Mise à jour le 22/03/2017 à 17h32

Chabbat Vayakel-Pekoudé : 18h51 - 19h59

Rubrique Judaïsme

Parachath Vaychla’h : Une mission infinie

Crédit : FLASH90

Comme nous l’avons déjà vu à maintes reprises, le texte de la Thora est précis à l’extrême. Non seulement dans les mots qui la composent, mais aussi dans les noms de chaque paracha et même dans l’agencement de ces noms entre eux. Dans cette perspective, il nous faudra comprendre à quelle idée renvoie le nom de notre paracha (Vaychla’h-Il envoya) et pourquoi est-elle précédée de celles de Toldoth et Vayétsé.

Dans une lecture strictement historique, la parachath Vaychla’h évoque l’envoi d’anges par Yaakov vers son frère Essav pour l’avertir de son retour après 36 ans d’absence. Mais si l’on décline ce récit au second degré, une toute autre lecture s’offre à nous. Au départ, il y a la parachath Toldoth. Ce mot peut avoir diverses interprétations. Toldoth peut signifier « des enfants », « des fruits » ou encore « des accomplissements ». Globalement, il s’agit de tout ce qu’un homme peut produire sur le registre de sa spiritualité : son étude de la Thora, sa pratique raffinée des commandements divins ou bien l’amélioration de ses traits de caractère. Puis quand il a acquis une maturité spirituelle, il doit quitter le confort de la plénitude spirituelle et sortir dans le monde. C’est le sens de la parachath Vayétsé (Il sortit). De même que Yaakov, en son temps, sortit de Beer Chéva, missionné par Its’hak, son père, pour éclairer, par la Thora, le monde rigoureux de Lavane, un Juif aussi, doit « sortir » en mission sous l’égide de son père, le Saint béni soit-Il.

Un lieu de sainteté

Cette mission confiée par D.ieu à chaque Juif consiste en deux étapes. Par le potentiel spirituel dont il est doté, il doit exercer une influence spirituelle sur la grossièreté de la matière pour, dans un deuxième temps, la transformer et en faire un lieu susceptible d’accueillir la Présence de D.ieu. Cette mission n’est pas réservée à une élite. Chaque Juif, petit ou grand, ne descend sur terre que dans ce but : faire de la matière un lieu au sein duquel D.ieu pourra s’installer. Et là, il nous faut ajouter une précision d’importance : la mission que D.ieu nous confie est adaptée à chacun. Disons qu’elle est personnalisée. Chacun, vient, en effet, sur terre pour agir dans un ou des espaces précis, sur des personnes précises avec un mode d’action qui n’est propre qu’à lui.

Convaincre

Mais cette mission doit prendre une seconde tournure, donnée en allusion avec la parachath Vaychla’h (Il envoya) : il ne suffit pas d’influencer les individus de notre entourage. Il faut les convaincre de la grandeur du judaïsme de son esprit et de ses lois, au point de les associer à notre mission pour qu’à leur tour, ils influencent d’autres Juifs à suivre les voies de la Thora. Il y a ici une idée très forte : le concept de mission est infini. Si, en mission sur terre, nous avons sensibilisé un Juif au judaïsme, aller au bout de notre mission consistera à faire de lui un émissaire pour qu’à son tour, il motive son entourage, proche ou lointain, à s’attacher à D.ieu. 

Powered by Edreams Factory