Default profile photo

20 Février 2017 | 24, Shevat 5777 | Mise à jour le 17/02/2017 à 13h41

Chabbat Michpatim : 18h08 - 19h16

Rubrique Monde juif

Bar-Mitsvah sur petit écran

Une scène de la série policière « Tatort » (rbb/Oliver Vaccaro)

Un récent épisode de « Tatort », la série policière culte de la télévision allemande, a montré un « vrai » rabbin célébrant la bar-mitsva du fils de l’un des détectives.

Depuis 1970, chaque dimanche soir, un nombre record d’Allemands regarde la série policière « Tatort ». Celle-ci, produite par la chaîne ARD, a cela de particulier que chaque antenne régionale de ladite chaîne produit un nombre donné d’épisodes. Ce qui fait dire aux amateurs que ce n’est pas tant l’histoire criminelle (confiée à un duo de détectives) qui fascine, mais la diversité des coutumes et dialectes des diverses villes (au nombre de 23) où se déroulent les intrigues.
Or, dans l’un des derniers épisodes en date, la détective Nina Rubin (jouée par la célèbre actrice Maret Becker) s’occupe non seulement de résoudre un cas épineux mais aussi de préparer (et de célébrer) la bar-mitsva de son fils Kaleb. Pour cette dernière, l’équipe, toujours soucieuse d’être au plus proche de la réalité, a fait appel à un vrai rabbin, Walter Rothschild, qui officie à Berlin. Celui qui, au début n’avait été engagé que comme « conseiller », a finalement joué son propre rôle sur le petit écran. Evoquant son passage devant la caméra, le rabbin a précisé que « le principal était que je ne jouais pas un cadavre » (cadavres qui, il faut le reconnaître, sont plutôt nombreux dans cette série).
« C’était très important pour moi qu’enfin des moments “normaux” de vie juive ou synagogale soient présentés sur une chaîne grand public de la télévision allemande, a expliqué Walter Rothschild. Et non pas seulement des documentaires affreux sur la Shoah, des hassidim en train de danser ou des orthodoxes au Kotel ». Pour cet épisode filmé en juin dernier, le rabbin Rothschild a prêté un Sefer-Torah ainsi que d’autres objets « religieux » et a préparé « la mise en scène ».
L’équipe s’est montrée très respectueuse, a déclaré le même au site « Forward ». « Ils ont demandé s’ils devaient se couvrir la tête pendant qu’ils filmaient et autres questions du même genre, dit-il encore. J’ai réussi à les faire se détendre pour qu’ils puissent se concentrer sur leur véritable travail sans paniquer chaque fois qu’ils touchaient un sidour ».

Powered by Edreams Factory