Default profile photo

17 Janvier 2017 | 19, Tevet 5777 | Mise à jour le 17/01/2017 à 19h30

Rubrique Communauté

La belle histoire de Jeanine Journo

Agent de maîtrise à la RATP, Jeanine Journo avait fondé l’association culturelle des agents israélites. Aujourd’hui dissoute, l’association a décidé de verser ses subsides au Maguen David Adom. Récit.

Aujourd’hui à la retraite, Jeanine Journo se rappelle de l’obstination et du volontarisme dont elle avait fait preuve du temps où elle était fonctionnaire de la RATP. Une ténacité qui lui avait permis d’obtenir, pour elle et pour d’autres agents juifs, l’autorisation notamment de ne pas travailler les shabbats et autres jours de fêtes juives. « En tant qu’agents de la RATP, nous avions certes accepté de travailler selon des horaires décalés. Mais cela générait une réelle souffrance dès lors que l’on nous refusait des congés pour motifs religieux. D’autant que ce genre de revendication était très mal perçu, tant par la hiérarchie que par les syndicats. En 1984, alors que j’étais agent de maîtrise attachée au service des roulements, j’ai décidé de créer l’association « Culture et Loisirs des Agents Israélites de la RATP » (CLAIR). Depuis mon poste, j’ai pu prouver que mettre en place un système au sein duquel les employés membres de l’association s’engageraient à travailler les autres jours fériés du calendrier serait avantageux pour tous », raconte cette dame aujourd’hui installée à Netanya.

De quatre-vingts adhérents au moment de sa création, CLAIR a rassemblé quelque sept cents agents juifs au bout de quelques années. En tant qu’association d’agents de la RATP, elle a aussi souhaité permettre à ses membres de profiter d’avantages que permettait le comité de l’entreprise publique. Parmi eux, l’organisation de séjours de loisirs à moindre coût. « Nous avons pu organiser un séjour casher au même prix qu’un séjour non-casher », se souvient Jeanine Journo. Un exploit qui a éveillé certaines jalousies et suspicions. « Le fait que l’on installe un Sefer-Torah dans l’enceinte du centre de loisirs a provoqué des remous. On nous a reproché tout un tas de choses tant et si bien que nous avons dû nous tourner devant les tribunaux pour que notre association puisse continuer à organiser des séjours ». 

Les tribunaux administratifs ont donné raison à ladite association israélite qui a décidé de verser sur un compte bloqué les sommes perçues au titre des dommages et intérêts. L’argent gagné aux procès a généré 18.000 euros d’intérêt. Une somme que Jeanine Journo a souhaité verser au Magen David Adom aujourd’hui, étant donné que l’association CLAIR a été dissoute. « Les coups de couteau que nous recevons à Jérusalem, nous les compensons par la livraison d’ambulances qui serviront à sauver des vies », explique-t-elle. C’est donc en présence de l’ancien trésorier de l’association, Jacques Amsallem, du directeur de l’agence BNP dans laquelle se trouvait le compte de l’association, que Jeanine Journo a remis au directeur du MDA – France Victor Wintz l’intégralité de l’argent qui se trouvait sur ledit compte. Jeanine Journo remercie aujourd’hui tous les membres de l’ancienne association pour leur soutien. 

Powered by Edreams Factory