Default profile photo

23 Mars 2017 | 25, Adar 5777 | Mise à jour le 22/03/2017 à 17h32

Chabbat Vayakel-Pekoudé : 18h51 - 19h59

Rubrique Culture/Télé

Chloé Saada : «La cuisine véhicule la paix, c’est une évidence »

A tous ceux qui ont des pensées nauséabondes, on a juste envie d'envoyer des flots de makrouds et de boulettes". (DR)

« Salam-Shalom, une cuisine de partage, une cuisine de partage entre tradition et modernité », est le tout dernier livre de recettes que l’on se doit tous d’avoir dans sa cuisine. Dans ce recueil qui rassemble tout ce qui caractérise la cuisine pied-noir et orientale, Chloé Saada propose la paix comme plat principal.

Actualité Juive: On vous connaissait surtout pour vos cupcakes. Comment l'idée de faire ce livre vous est-elle venue ?

Chloé Saada : J'ai toujours fait de la cuisine, même si le cupcake a été un moyen d'expression à un moment de ma vie. Avec les événements de ces derniers temps, avec aussi mes grossesses, j'avais envie de donner un message de paix à travers le moyen que je connais le mieux qui est celui de la cuisine. La cuisine véhicule la paix, c’est une évidence. La cuisine, c'est ce qui rassemble vraiment. C'est ce qui met tout le monde d'accord. On peut faire assoir autour d'une table des personnes issues de religions différentes, de cultures différentes. Quand on les entend parler de nourriture, c'est comme si tout le monde faisait finalement partie de la même famille. 


A.J.: Comment êtes-vous arrivée à compiler toutes ces recettes ?

C.S. : J'ai d'abord commencé par interroger ma famille, mes grandes tantes et mes cousines. Il y a donc beaucoup de recettes tunisiennes étant donné mes origines. Puis je suis allée à la recherche des recettes d'autres cultures et dans cette quête, ma meilleure amie, qui est musulmane m’a bien aidée. J'ai fait une sélection en prenant pour critère le fait qu'une recette soit commune aux trois religions et qu'elle soit partagée par tous. Aujourd'hui par exemple, on retrouve la Hallah dans toutes les boulangeries musulmanes, sous l'appellation de «pain tressé».


A.J.: Vous avez demandé, en préambule, à différents artistes de confier une anecdote liée à la cuisine nord-africaine et orientale. La plupart d'entre eux évoquent la cuisine de leur grand-mère. Votre livre est aussi un témoignage d'amour aux grands-mères et à leur cuisine ?

Chloé Saada : Absolument. C'est chez ma grand-mère qu'avec ma sœur, nous avons découvert la cuisine. Elle nous donnait un petit bout de pâte à pain ou de pâte à boulou pour nous occuper pendant qu'elle s'activait aux fourneaux. Nos mères et nos grands-mères sont les reines de la cuisine orientale. On est content de redécouvrir aujourd'hui leurs recettes. Pour beaucoup, ces plats font l'effet d'une madeleine de Proust.


A.J.: Croyez-vous que la cuisine peut être un moyen de réconcilier les gens? 

C.S. : C'est une évidence. À tous ceux qui ont des pensées nauséabondes, on a juste envie d'envoyer des flots de makrouds et de boulettes. Je ne vois d'ailleurs pas qui pourrait se battre autour d'un plat de boulettes, sauf s'il n'en restait plus qu'une. 


Chloé Saada, « Salam-Shalom, une cuisine de partage, une cuisine de partage entre tradition et modernité », Hachette Pratique, 178 pages, 22,90 euros.

Powered by Edreams Factory