Default profile photo

23 Avril 2017 | 27, Nisan 5777 | Mise à jour le 21/04/2017 à 12h34

Rubrique France

Le TGI de Nice demande la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen

(Capture d'écran)

En mai 2015, au cours d’une émission télévisée animée par le journaliste Jean-Pierre Elkabbach sur iTélé/Europe 1, Marine Le Pen aurait accusé Christian Estrosi de participer au financement de l’Union des Organisations Islamiques de France. Cette structure, controversée pour sa proximité avec l’islam politique des Frères Musulmans, a fait l’objet d’une demande de dissolution par des responsables du Front National et aussi de droite. Elle a néanmoins réintégré le Conseil Français du Culte Musulman.

Au mois de juillet 2016, le président du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, ancien maire de la capitale azuréenne, a déposé, devant le doyen des juges d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Nice,  une plainte pour diffamation contre la députée européenne et présidente du FN avec constitution de partie civile.

Le vendredi 20 janvier 2017, le procureur Jean-Michel Prêtre a annoncé que le TGI de Nice avait adressé au Parlement européen une demande de levée de l’immunité parlementaire de Mme Le Pen, en sa qualité de députée européenne. Il pourra ainsi « l’entendre dans des conditions qui le laissent libre de toute décision ».

Rappelons qu’en 2013, le Parlement européen avait déjà voté la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen.

Powered by Edreams Factory