Default profile photo

27 Mars 2017 | 29, Adar 5777 | Mise à jour le 27/03/2017 à 11h02

Chabbat Vayikra : 20h02 - 21h10

Rubrique Communauté

Lionel Dufresne : « Notre groupe a autant de projets que d’écoles »

(DR)

Le groupe scolaire Ozar Hatorah organise sa soirée de gala le 15 mars prochain. Le point avec Lionel Dufresne, son directeur général.

Actualité Juive : Qu’attendez-vous du prochain dîner de gala ?

Lionel Dufresne : C’est maintenant la quatrième année que nous organisons le gala des écoles. L’objectif principal est de remercier toutes les personnes qui soutiennent ou qui ont soutenu Ozar Hatorah. Les parents d’élèves, les professeurs, les anciens élèves, les donateurs, etc. Les écoles du réseau Ozar Hatorah sont sur des sites géographiques distincts, le gala est une occasion de partager un beau moment convivial. La soirée sera animée par Francky Perez, Avraham Fried donnera un concert et nous aurons la joie d’accueillir les magiciens « French Twins » qui sont des anciens élèves d’Ozar Hatorah. 


A.J.: Quels projets aimeriez-vous financer ?

L.D. : Nous avons autant de projets que d’écoles : chaque établissement a des besoins spécifiques et ses particularités mais de façon générale, nous souhaitons mettre l’accent sur la poursuite de la rénovation des locaux, sur la généralisation des tableaux numériques et sur le développement des structures pour nos classes d’élèves handicapés. Les restructurations qui sont intervenues dans le réseau ont permis de rééquilibrer le budget de l’association, le gala permet de moderniser nos infrastructures sur des postes qui ne peuvent pas encore être financés par le budget courant. 



« Un enseignement compétitif »


A.J.: L’Alyah et l’arrivée d’élèves du public ont-elles eu un impact sur les effectifs des écoles ?

L.D. : Il y a effectivement un chassé-croisé entre les élèves qui font leur Alyah avec leur famille et ceux qui viennent d’écoles publiques. Cela s’est particulièrement vu en 2015 avec les attentats de l’Hypercasher et la crise d’antisémitisme que nous avons connue : nous avons vu arriver plus de 200 élèves du public. Cette venue d’élèves en provenance des écoles laïques ou privées catholiques n’est pas uniquement le fruit d’un réflexe identitaire, les parents ont aussi compris que l’école juive propose un enseignement de qualité, parfaitement compétitif dans les matières générales, mais qui va au-delà de l’enseignement académique, en proposant des valeurs,   une identité, bref un supplément d’âme. 

Powered by Edreams Factory