Default profile photo

30 Avril 2017 | 4, Iyyar 5777 | Mise à jour le 28/04/2017 à 14h04

Chabbat A'harémot - Kédochim : 20h54 - 22h09

Rubrique Israël

Décès du photographe David Rubinger

Surnommé "le photographe de la nation" par Shimon Pérès, David Rubinger a immortalisé les premières décennies de l'histoire de l'Etat d'Israël.

Le célèbre photographe David Rubinger, décédé le 2 mars, affirmait détenir dans ses archives personnelles plus d'un demi-million de photos. Mais une seule a suffi à lui assurer une célébrité universelle, celle des trois parachutistes debout devant le Kotel, peu de temps après la prise de ce lieu saint par les forces israéliennes qui venaient de reconquérir la Vieille Ville de Jérusalem. Leurs visages fatigués, émerveillés et presque incrédules exprimaient les sentiments de tout le peuple juif qui reprenait possession de ce site après près de 2000 ans.  

Cette photo en noir et blanc est devenue le symbole de la guerre des Six Jours et l'œuvre la plus connue de Rubinger. « Quand je suis arrivé à Jérusalem [le 7 juin 1967], j’ai entendu des tirs et j’ai couru vers le Kotel, peut-être 20 minutes après sa reprise, a-t-il raconté plus tard. Je me suis couché au sol et j’ai vu ces trois soldats passer. Je n’ai pas beaucoup réfléchi au moment de prendre la photo ».

Rubinger n'aimait guère l'œuvre qui lui a apporté la gloire. « Je ne sais pas pourquoi cette photo a eu un tel succès. Professionnellement parlant, ce n’est pas une bonne photo », affirmait-il. 

David Rubinger était né en 1924 à Vienne et avait échappé à la barbarie nazie en quittant l'Autriche pour la Palestine en 1939. A 18 ans, il s'était engagé dans la Brigade juive de l'armée britannique et avait combattu pendant près de trois ans. En 1945, après avoir reçu un appareil photo d'une amie, il décide de devenir photographe de presse. 

Photographe officiel de la Knesset pendant 30 ans, il a aussi fait partie de la rédaction du groupe Time-Life de 1970 à 2006. Il a couvert pendant 50 ans les guerres et la politique israéliennes, dépeignant aussi par ses photos l'histoire sociale et culturelle de l'Etat hébreu. « Il y a ceux qui écrivent les pages de l’Histoire et il y a ceux qui l’illustrent à travers l’objectif de leur appareil photo », a déclaré à son propos, le président israélien Reouven Rivlin. 

Mais au-delà des événements historiques et officiels qui ont jalonné les premières décennies de l'Etat- hébreu, David Rubinger a également su capturer des moments de la vie personnelle des dirigeants israéliens. On lui doit par exemple une photo de Golda Meir en tablier, faisant la vaisselle dans sa cuisine. Il est aussi l'auteur d'un cliché montrant Menahem Begin aidant sa femme Aliza à enfiler ses chaussures peu avant l'atterrissage, lors d'un voyage officiel aux Etats-Unis, en 1978. 

« Son attitude de gentleman et la discrétion qui le caractérisait faisaient de lui un homme très respecté et très estimé », rappelle le photographe Alex Libak dans le quotidien Haaretz. Ce sont ces traits de caractère qui lui auraient permis, selon Libak, d'être admis dans l'intimité des dirigeants israéliens et d'immortaliser des instants de leur vie personnelle. 

David Rubinger avait reçu en 1997 la plus haute distinction nationale, le Prix d'Israël, pour l'ensemble de son œuvre. Il s'était marié peu après la Seconde Guerre mondiale avec une rescapée de la Shoah dont il a eu deux enfants. 

Powered by Edreams Factory