Default profile photo

26 Avril 2017 | 30, Nisan 5777 | Mise à jour le 26/04/2017 à 17h57

Rubrique Régions

A Nice, un hommage à Gustav Metzger

Gustav Metzger est né en 1926 à Nuremberg (Allemagne) dans une famille juive d’origine polonaise. (DR)

Le MAMAC consacre jusqu’au 14 mai une grande exposition, sur le thème « Remember nature », à Gustav Metzger, décédé début mars. L’influence de cet artiste au parcours international n'a cessé de grandir ces dernières années.

Gustav Metzger naquit en 1926 à Nuremberg, en Allemagne. Il a vécu et travaillé à Londres. Issu d’une famille juive d’origine polonaise, il s’est exilé en Angleterre en 1939, ce qui le sauva par miracle de la déportation. Sa famille, en revanche, périt dans les camps de la mort. Gustav Metzger a placé au cœur de son art l’« expérience limite » mise en œuvre et vécue en Europe au cours de la Seconde Guerre mondiale, caractéristique de la capacité de l’homme à s’auto-détruire. Acteur majeur des avant-gardes de la seconde moitié du XXe siècle, il a contribué à la redéfinition de l'art, explorant des nouvelles modalités de création et ancrant sa démarche dans les grands enjeux de son époque. 

 Metzger abandonne la peinture en 1959 pour créer des oeuvres avec des objets du quotidien ou des matériaux industriels dégradables. Cette réflexion sur l'obsolescence et l'autodestruction s'incarne dans des pièces telles que Acid Nylon Painting (1960), South Bank Demonstration (1961), évoquées dans l'exposition grâce à des archives et des réactivations d'installations. L'exposition se focalise sur l’implication de Gustav Metzger dans les questions environnementales. Dès 1960, il déclare, dans l'un de ses manifestes : « L'art autodestructif démontre la puissance de l'homme à accélérer le processus de désintégration de la nature et à le mettre en oeuvre. » 

 En 1970, il fait circuler dans Londres une voiture « arrangée » qu’il appelle « Mobbile ».  Un grand cube transparent contenant des plantes vertes est fixé sur le toit du véhicule et directement raccordé à son pot d'échappement. Les végétaux, lentement asphyxiés par les vapeurs de gaz, mettent en évidence un phénomène d'intoxication du vivant. De nombreuses autres interventions et installations suivront jusqu'à son grand projet Mass Media « Today and Yesterday » qui invite le visiteur à participer à une revue de presse subjective autour des grands enjeux environnementaux.

 L'exposition permet aussi d'apporter un éclairage sur les collections du MAMAC à travers le prisme de «l'autodestruction ». Hanté, comme beaucoup de ses contemporains, par la destruction de masse pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi par la tension de la Guerre Froide et les débuts de la course à l'armement nucléaire, Metzger a rédigé en 1959 un manifeste sur « l'art auto-destructif » soulignant la fascination de la société occidentale pour la destruction. 


MAMAC, 2 place Yves Klein ; contact : 04 97 13 42 01

Powered by Edreams Factory