Default profile photo

26 Avril 2017 | 30, Nisan 5777 | Mise à jour le 26/04/2017 à 17h57

Rubrique Israël

Le livre toujours en vogue

Les Israéliens fous des livres (DR)

Malgré les réseaux sociaux, les smartphones, les ordinateurs, la multiplication des chaînes télévisées, les consoles de jeux, et autres tentations électroniques, les Israéliens sont restés « très livres ».

Le peuple du livre lit, et lit beaucoup. Et ce ne sont pas les chiffres publiés par la Bibliothèque Nationale qui peuvent dire le contraire. 8 900 livres ont été édités l’année passée. 24% portaient sur des sujets liés au judaïsme ou à la religion, 20% étaient des ouvrages littéraires et 10% des livres pour enfants. La Shoah reste aussi un sujet de prédilection. Trente titres rédigés en hébreu. Et la cuisine s’impose, avec plus de 50 ouvrages concoctés. Mais le sujet prédominant est, actuellement, le mariage, les enfants et la famille, les relations femmes/hommes, l’histoire de la diaspora et les romans historiques.  

Et les Israéliens apprécient de plus en plus les biographies. 273 éditées cette année dont 109 étaient des autobiographies. 85% des livres sont écrits en hébreu, le reste en russe, en anglais et en arabe et chaque année de nombreuses publications étrangères sont traduites en hébreu. Depuis 26 langues. La majorité depuis l’anglais, environ 800 livres, puis du français, 28 titres - l’un des derniers étant « ennemis publics », la Correspondance entre Michel Houellebecq et Bernard-Henri Lévy - et 12 depuis l’allemand. Chaque Israélien lit en moyenne deux livres par mois. Il suffit de le constater dans le train, aux abribus, dans les cafés ou sur la plage. Et un sur 4 dit bouquiner chaque jour. Ce sont les retraités et les étudiants qui compulsent le plus et les Israéliennes sont plus livres que les hommes. Cependant, modernité oblige, 350 livres électroniques ont été édités et la tendance est à la hausse. 

Powered by Edreams Factory